L'allumage

 Le but de l'allumage est de fournir suffisamment d'énergie au mélange comprimé pour enflammer les molécules de carburant et d’oxygène placées au voisinage des électrodes de la bougie.  

 Cette énergie est fournie sous forme d'un arc électrique, ou étincelle, produit entre les électrodes d'une bougie d'allumage, sous une tension de 30 000 à 50 000 Volts.

L’énergie pour produire une étincelle est préalablement emmagasinée  dans :
   - une bobine ou transformateur élévateur de tension (allumage à décharge inductive)
   - un condensateur (allumage à décharge capacitive) réservé à certaines voitures de compétition.

 

Le besoin en haute tension aux bougies et par rapport au cas optimum d’un mélange stoechiométrique, augmente si le mélange est pauvre, ou froid, et diminue à chaud ou si le mélange est riche.

L'allumage d'une 2cv:

Ø       se fait  par décharge de l’énergie accumulée dans le champ magnétique d’une bobine (allumage inductif). Cet allumage étant un ‘’ Allumage par batterie’’ la bobine est reliée par ses deux petites cosses à un circuit électrique (circuit primaire ) où le courant est important (environ 3A), et où la tension est celle de la batterie.

Les bougies sont connectées aux deux grosses cosses de part et d'autre de la bobine. Ce circuit est appelé le circuit secondaire où la tension est bien plus élevée que dans le primaire (de 30 000 à 50 000 V), mais l'intensité y est très faible. C'est le circuit secondaire qui transforme l'énergie de la bobine en étincelle

 

Ø       est intégral, c'est à dire qu'il n'y a pas de distributeur d'étincelle (le "delco"). Il fonctionne à étincelle perdue, et les deux bougies sont allumées en même temps.
L'étincelle perdue a comme désavantage de provoquer dans certains cas  un allumage jumo-statique, c'est à dire qu'il peut se produire des explosions à l'admission. Ses seuls avantages sont sa simplicité mécanique et le fait qu'il n'y a pas de pertes électriques dans un distributeur mécanique.

 

Ø       Les bougies sont branchées en série et non classiquement en parallèle, ce qui évite l'utilisation d'un deuxième enroulement secondaire.
La bobine de la deuche se différencie des bobines classiques par le fait qu'il n'y a pas de borne masse commune sur les 2 circuits. Les deux extrémités du secondaire sont reliées chacune à une des bornes haute tension de la bobine donc aux deux bougies. Le courant haute tension passe dans une des deux bougies, puis rejoint l'autre à travers le carter moteur et retourne à la bobine.
Les tensions aux deux bornes du secondaire en s’équilibrant par rapport à la masse, doivent être de  + 15 000 V d'un côté et - 15 000 V de l'autre au lieu des + 30 000 V traditionnels en montage parallèle classique.  Cette division par 2 de la tension aux bougies peut diminuer l'inflammation du mélange air-essence et provoquer une perte de rendement. De plus les polarisations des électrodes étant inversées, leur usure est différente.